Nos vidéos

Publiée le 04-12-2019

Faire un Don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.
Galeries Photo
Agenda

Décembre
2022

L M M J V S D
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31
Jour avec événement(s)
Jour férié
Lettre d'information
Recevez par mail les nouveautés du site.
Activité du Site

Pages vues depuis 23/04/2022 : 5 555 154

  • Nb. de membres 9
  • Nb. d'articles 104
  • Nb. de forums 4
  • Nb. de sujets 12
  • Nb. de critiques 0

Top 10  Statistiques

Inhabituelle en Loir-et-Cher 3651


Le premier message alarmiste est parvenu au responsable de la Ligue pour la protection des oiseaux de Loir-et-Cher (LPO 41) le 23 août dernier.

Un adhérent habitant à Chailles venait de trouver trois merles noirs morts dans son jardin, après en avoir déjà découvert un quelques jours plus tôt.
« J'ai aussitôt prévenu l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, chargé de gérer ce problème au niveau national, se souvient Didier Nabon, car nous avions déjà entendu parler de mortalités inhabituelles dans d'autres départements. »

Histoire de savoir si d'autres merles noirs avaient été retrouvés morts dans les environs, le groupe LPO 41 publie le 25 août un appel à témoignage sur sa page Facebook. Les réactions ne se font pas attendre !
Selles-sur-Cher, Mont-près-Chambord, Vineuil, Josnes, Authon… De tous les coins du Loir-et-Cher, les observations affluent, qu'il s'agisse de merles adultes ou de jeunes merles. Au total, plus d'une vingtaine de cadavres signalés entre le 2 et le 31 août en Loir-et-Cher, sans compter quelques témoignages de départements limitrophes, Indre-et-Loire et Sarthe.

Un virus baptisé Usutu

Toutes ces observations, compilées au niveau national, ont permis de confirmer la réalité de cette mortalité inhabituelle, et grâce aux oiseaux morts analysés, d'en avancer une explication. « Il s'agit d'un virus, qui touche particulièrement les merles noirs, mais aussi les rouges-gorges, et d'autres passereaux », expose Didier Nabon.

Ce virus baptisé Usutu, est originaire d'Afrique australe et se transmet via les moustiques. Selon le site Ornithomedia, sa propagation en Europe de l'Ouest est favorisée par la chaleur estivale, et des épizooties ont déjà été constatées en 2016 et 2017, avec un nombre de cas en augmentation cet été 2018. Les passereaux et notamment les merles, mais aussi les chouettes semblent être les plus fragiles face à ce virus.
« Hier, on m'a justement signalé une chouette effraie morte, relève le responsable de la LPO 41, j'ai conseillé aux gens de congeler l'animal et de prendre contact avec l'ONCFS pour d'éventuelles analyses. » Un conseil à suivre, non plus pour les merles dont la cause est hélas désormais entendue, mais en cas de mortalités suspectes sur d'autres espèces d'oiseaux. Entre la sécheresse, la disparition des insectes, les pollutions diverses et les virus, il ne fait décidément pas bon être un oiseau de nos jours…

Publié le 17/09/2018
lanouvellerepublique.fr


Root Publié le : Mardi 18 septembre 2018