Agenda

Janvier 2018

L M M J V S D
1 234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Jour avec évènement(s)
Jour férié
Galeries Photo
Article du Jour
Il n'y a pas encore d'article du jour.
Lettre d'information

Recevez par mail les nouveautés du site.

Faire un don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.

Saison de reproduction

(575 mots dans ce texte ) -  lu : 48827 Fois


Reproduction

La saison de reproduction des rapaces nocturnes commence par les parades nuptiales: au crépuscule et la nuit, les mâles crient ou "chantent", attirant une femelle et annonçant à leurs voisins qu'ils occupent un territoire.Cette défense du territoire se manifeste parfois dés la fin de l'automne.La plupart des rapaces nocturnes nichent assez tôt, parfois en mars, voire en février chez la chouette hulotte.

Cette précocité s'explique par la durée de la période qui sépare l'envol des jeunes de leur émancipation. Ceux-ci doivent apprendre à chasser et chez maintes espèces ils sont nourris pendant de longues semaines par leurs parents après le départ du "nid". Ainsi, les jeunes Chouettes hulottes qui s'envolent d'habitude vers le milieu de mai, sont alimentées pendant huit à dix semaines, c'est à dire jusqu'en août. Leur émancipation se produit en plein été. Saison où les proies abondent (éventuellement, pullulation de campagnols).

Comme les autres oiseaux, les rapaces nocturnes dépendent étroitement de la quantité de nourriture disponible. Les petits rongeurs constituent la base de leur alimentation. Les populations de ces animaux présentent des fluctuations périodiques qui influent sur la reproduction des chouettes et des hiboux en ce qui concerne l'importance de la ponte et la réussite de la reproduction.

Ceci est particulièrement net dans le nord de l'Europe où les variations cycliques des effectifs de lemmings et de campagnols ont lieu tous les trois ou quatre ans. Les années où ces rongeurs sont rares, de nombreux couples de rapaces nocturnes ne se reproduisent pas ou pondent moins d'oeufs et les jeunes sont moins nombreux que les années où se produit une pullulation : dans ce cas le nombre d'oeufs est parfois doublé et certaines espèces font même une seconde ponte régulière à la fin de l'été.

Ceci est régulier chez la chouette effraye lors des pullulations de campagnols des champs, mais a également été observé à l'occasion chez la chouette de Tengmalm et chez les Hiboux des marais et moyen-duc (rarement).

Les oeufs sont pondus dans un arbre creux, une cavité de muraille ou de rocher, dans un vieux nid d'un autre oiseau ou par terre. Plusieurs espèces nichent surtout sinon exclusivement dans un trou (chouette chevêche, chevêchette, de Tengmalm, épervière, Hibou petit-duc et, à l'origine aussi la chouette effraye). D'autres pondent soit dans un creux, soit à l'air libre (chouettes de l'Oural, hulotte et lapone).

 

Enfin, les Hiboux moyen-duc et grand-duc, le Hibou des marais et le Harfang des neiges pondent toujours dans de vieux nids ou par terre. Le Hibou des marais prépare un nid très sommaire, toutes les autres espèces se contentant de ménager une faible dépression et n'apportant aucun matériau.

Les oeufs reposent donc sur le substrat, par exemple sur le bois pourri (dans un trou d'arbre)et c'est seulement au cours de l'incubation que des fragments de pelotes constituent une sorte de rembourrage. Chez toutes les espèces de rapaces nocturnes les oeufs sont blancs et assez arrondis; souvent la surface de leur coquille est nettement granuleuse.

Seule la femelle couve; le mâle la nourrit, souvent même quelques temps avant le début de la ponte. Les oeufs sont pondus à l'intervalle de deux jours ou davantage et l'incubation commence souvent dès la ponte du premier ou du second; il résulte que les éclosions sont échelonnées. L'incubation dure en moyenne un mois, les extrêmes étant de 34 jours chez le Hibou grand-duc et de 25 jours chez le Hibou petit-duc.


Retour à l'index des rubriques

***Retour à la sous-rubrique :